Groupe de travail

Le Groupe de travail de l’Alliance des intervenants contre le cancer (AIC) est composé de membres de différents organismes de bienfaisance et organismes non gouvernementaux de différentes régions du Canada et représentant divers types de cancer et divers intérêts opérationnels, ainsi que de membres de l’équipe de direction et d’administration de BioCanRx.

 

Le Groupe de travail est responsable de faire en sorte que les priorités communes de l’AIC et de BioCanRx deviennent une réalité.

 

Les membres de l’AIC du Groupe de travail prennent aussi des décisions et formulent des recommandations au nom de l’AIC aux membres de la direction, du Comité de gestion de la recherche et du Comité d’administration de BioCanRx.

 

L’adhésion est renouvelée chaque année. Veuillez communiquer avec Stéphanie Michaud, par courriel à smichaud@biocanrx.com, pour obtenir des renseignements détaillés ou pour présenter une demande d’adhésion.

 

 

MEMBRES DU GROUPE DE TRAVAIL DE L’AIC :

 

Kimberly Badovinac | Partenariat Canadien Contre le Cancer
Kimberly Badovinac est la directrice de programme de l’Alliance canadienne pour la recherche sur le cancer (ACRC). Elle est la conceptrice et la responsable de l’Enquête canadienne sur la recherche sur le cancer, une enquête annuelle sur les investissements en recherche sur le cancer faits par bon nombre des organisations qui financent cette recherche au Canada. L’Enquête en est maintenant à sa quinzième année. En 2017, sur les instances de Patrick Sullivan et sous l’égide de membres de l’ACRC, Mme Badovinac a mis sur pied le Programme de participation des patients à la recherche sur le cancer (PPP). Le PPP est organisé conjointement avec la Conférence canadienne sur la recherche sur le cancer, la plus importante conférence canadienne réunissant l’ensemble de la communauté de la recherche sur le cancer; la conférence se tient sur une base bisannuelle. Le PPP donne aux patients, aux survivants et aux soignants la possibilité d’en apprendre plus sur la recherche de pointe sur le cancer et surtout de réseauter avec des chercheurs et des stagiaires. Il a été élargi en 2019 et se déroulera en mode virtuel en 2021.

 

Louise Binder | La Fondation Sauve Ta Peau
Louise Binder est une avocate et promotrice du droit à la santé qui a travaillé à éclairer l’élaboration de la politique de santé et des pratiques systémiques concernant l’accès aux traitements du point de vue du patient depuis le début des années 1990 après avoir elle-même reçu un diagnostic d’infection au VIH. Elle a cofondé le Canadian Treatment Action Council (CTAC) en 1996. Mme Binder a entrepris des travaux semblables dans le domaine du cancer et agit présentement à titre de consultante en politique de santé auprès de la Fondation Sauve ta peau. De nombreuses organisations ont reconnu le travail de Mme Binder, qui a reçu un doctorat honorifique en droit de son alma mater, la Faculté de droit de l’Université Queen’s, l’Ordre de l’Ontario et deux médailles de la reine Élizabeth II.

 

Niya Chari | Réseau canadien du cancer du sein
Niya Chari est la directrice des affaires publiques et des politiques de la santé du Réseau canadien du cancer du sein (RCCS). Mme Chari s’est jointe au RCCS en 2012 et est chargée de diriger l’orientation de la stratégie de relations publiques et de politique de santé de l’organisation et d’éclairer la prise de décisions en matière de soins de santé afin de répondre aux préoccupations et aux besoins des Canadiens touchés par le cancer du sein.

 

Mme Chari a commencé sa carrière en élaboration de politiques publiques à titre de défenseure des jeunes et directrice des communications au Toronto Youth Cabinet (TYC), le conseil consultatif jeunesse officiel de la Ville de Toronto. Au TYC, elle a milité en faveur de la mobilisation politique active des jeunes, et surtout des jeunes femmes. Elle a perfectionné ses compétences en défense des intérêts à titre de coordonnatrice des campagnes pour Résultats Canada, dont elle a géré les campagnes de promotion de la santé mondiale. Avec plus de 20 ans d’expérience de la promotion des intérêts au sein d’organismes à but non lucratif, Mme Chari a influencé l’élaboration de politiques à l’échelle municipale, provinciale, fédérale et mondiale.

 

Mme Chari détient une maîtrise en santé publique internationale de l’Université du Queensland, en Australie, ainsi qu’un baccalauréat en sciences avec spécialisation de l’Université de Toronto. Elle habite à Ottawa.

 

Jackie Herman | La société canadienne des tumeurs neuroendocrines (STCNE)
Jackie Herman, la présidente bénévole du CNETS, est active dans le secteur des organismes de bienfaisance depuis 2009, après avoir elle-même reçu un diagnostic de cancer neuroendocrinien en 2008. Mme Herman est déterminée à faire en sorte que la voix des patients canadiens atteints de cancer neuroendocrinien soit entendue et que le mandat du CNETS soit réalisé. Elle a été une ardente défenseure de l’accès équitable aux traitements et aux diagnostics au Canada. Au cours des huit dernières années, Mme Herman a ouvertement partagé son point de vue de patiente atteinte de cancer neuroendocrinien dans des présentations, des travaux de comités et des recherches et a pris la parole à différentes réunions médicales et scientifiques portant sur les points de vue des patients atteints de cancer neuroendocrinien et les défis de leur parcours.

 

Paul O'Connell | La Société de leucémie et lymphome du Canada
Paul O’Connell est le chef de la mobilisation médicale et scientifique à la Société de leucémie et lymphome du Canada (SLLC)). Le Dr O’Connell a fait son doctorat en biochimie et biologie moléculaire et ses études postdoctorales à l’Université Dalhousie à Halifax, en Nouvelle-Écosse. Dans le cadre de sa recherche de doctorat, le Dr O’Connell a étudié les mécanismes par lesquels notre propre système immunitaire contribue à la croissance du cancer métastatique et les complications associées à la leucémie promyélocytaire aiguë.

 

Inspiré par l’expérience de sa grand-mère avec le cancer du sang, le Dr O’Connell s’est d’abord impliqué dans la recherche comme moyen de trouver des façons nouvelles et meilleures de gérer la maladie.

 

À la SLLC, le Dr O’Connell dirige le programme de financement de la recherche de l’organisme et fournit du soutien aux intervenants existants et éventuels. Son but est de renforcer le cadre actuel, d’élargir la portée des partenariats de recherche et de diversifier ou d’agrandir le portefeuille de recherche afin que la SLLC soit au premier plan de la recherche sur le cancer du sang au Canada. Il travaille en étroite collaboration avec le milieu de la recherche pour aider à mettre les membres de la communauté en lien avec les équipes partout au Canada qui font de la recherche incroyable qui peut sauver des vies.

 

Antonia Palmer | Neuroblastoma Canada
Antonia Palmer est entrée dans le monde du cancer en 2009 lorsque son fils de deux ans a été diagnostiqué avec un neuroblastome de stade 4 à risque élevé. Mme Palmer est la cofondatrice du réseau Advocacy for Canadian Childhood Oncology Research Network (Ac2orn), la fondatrice de Neuroblastome Canada, la présidente du conseil consultatif des patients et des familles de l’organisme CHEER, la présidente du conseil consultatif des patients et des familles de l’IORC, la membre de l’Ontario Cancer Research Ethics Board (OCREB) représentant le milieu pédiatrique, une défenseure de la recherche pour le St. Baldrick’s-Stand Up to Cancer Phase 2 Pediatric Cancer Dream Team, une membre du conseil d’administration de Childhood Cancer Canada, une membre de C4T et une bénévole au sein de nombreux autres organismes et projets axés sur le cancer au Canada et à l’échelle internationale. Mme Palmer détient une maîtrise en génie de la conception des systèmes de l’Université de Waterloo et vit en Ontario (Canada) avec son mari Aaron et trois magnifiques garçons, Nate, Alex et Jonathan.

 

Catherine Wilhelmy Rech | CIUSSSE-CHUS
Catherine Wilhelmy – Au cours des quinze dernières années, j’ai agi à titre de consultante pour un organisme à but non lucratif international (Planetree) qui offre une certification en soins centrés sur les patients. Sur le plan personnel, j’ai été aidante naturelle à domicile pour ma mère il y a trente ans, et ensuite pour mon conjoint qui a subi trois cancers en 18 mois. En novembre 2018, je suis moi-même devenue une patiente. On m’a diagnostiqué un cancer du sein triple négatif agressif et avancé. Il a fallu neuf mois pour l’éradiquer. En janvier 2019, je me suis jointe au Comité stratégique patient-partenaire du Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CRCHUS), et depuis avril 2020, je coordonne le partenariat-patient pour cette organisation.

 

Au fil des ans, j’ai eu l’occasion d’observer le système de santé sous plusieurs angles. En raison de mes expériences professionnelles et personnelles, je suis aujourd’hui plus consciente que jamais du potentiel latent qui réside au cœur d’un réel partenariat entre les différents acteurs du système de santé : je crois qu’en instaurant une telle collaboration, il est possible d’avoir de meilleurs soins, des coûts moins élevés et une plus grande satisfaction pour toutes les parties prenantes. Le fait de contribuer à l’avancement du partenariat-patient en recherche donne un sens à la maladie dont j’ai souffert. C’est un peu comme de pouvoir transformer le citron que la vie m’a offert en une délicieuse limonade.

 

MEMBRES DE BIOCANRX :

 

Nancy Boyle
Directrice, Communications, marketing et mobilisation
BioCanRx
Laurie Cameron
Gestionnaire, Mobilisation des connaissances et opérationss
BioCanRx
Megan Mahoney
Directrice, Affaires scientifiques et programmes d’apprentissage
BioCanRx
Stéphanie Michaud
Présidente-directrice générale
BioCanRx
Jennifer Quizi
Directrice, Opérations de fabrication des produits biothérapeutiques
BioCanRx